ml.toflyintheworld.com
Nouvelles recettes

Shake Shack exploitera un camion de nourriture pop-up au festival SXSW

Shake Shack exploitera un camion de nourriture pop-up au festival SXSW


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Désormais, les festivaliers du SXSW auront autre chose à se réjouir en plus de leur acte musical préféré. En collaboration avec NBC Tard dans la nuit avec Seth Meyers, Shake Shack a annoncé qu'il servira ses fameux hamburgers et frites, ainsi que de l'eau en bouteille gratuitement, à partir de camions de restauration dans deux emplacements « pop-up » pendant le festival annuel SXSW à Austin, au Texas, à partir du 8 mars.e à travers le 14e.

Le food truck sera situé à l'intersection du 6e Street et Red River Street pendant les trois premières nuits, puis déménagez au 907 E. 6e St. et Brushy St. pour les trois dernières nuits du festival. Aux deux endroits, le camion distribuera des hamburgers et des frites aux fans de musique affamés à partir de 20 h. à 1h du matin

Même si ce food truck est temporaire, le Texas se prépare pour ses tout premiers emplacements Shake Shack dans le Lone Star State à la fin de cette année. Le premier emplacement permanent d'Austin sera situé au coin des rues South Lamar et Treadwell.

"Austin embrasse toutes les choses importantes de la vie - la nourriture, la musique, la communauté et la culture", a déclaré Randy Garutti, PDG de Shake Shack. «Nous sommes ravis d'être sur South Lamar. Cela nous met au cœur de tout. »


11 raisons pour lesquelles les gens sont obsédés par Shake Shack

Shake Shack est la chaîne de hamburgers la plus populaire en Amérique en ce moment.

La société en pleine expansion prépare un premier appel public à l'épargne qui pourrait valoir jusqu'à 1 milliard de dollars.

Shake Shack est connu pour ses longues files d'attente dans ses 34 sites à New York, New Jersey, Connecticut, Pennsylvanie, Floride et Massachusetts. La marque s'est également développée à l'international.

Voici pourquoi les gens sont si obsédés par la chaîne de hamburgers.

1. Burgers gastronomiques

Les hamburgers de Shake Shack sont plus élevés que les offres de la chaîne de hamburgers de restauration rapide typique, grâce au bœuf Angus 100 % sans antibiotiques et aux petits pains au beurre. Les garnitures comprennent du bacon fumé au bois de pommier et des poivrons cerises. Cette expérience rejoint les valeurs des consommateurs modernes, qui exigent une meilleure qualité alimentaire.

2. ShackSauce

De nombreux hamburgers de Shake Shack sont garnis de la sauce signature, que USA Today décrit comme "un mélange légèrement épicé, aigre-doux de mayo, de ketchup, de moutarde et d'épices". Certaines recettes de copie en ligne nécessitent également des cornichons à l'aneth mélangés. Quels que soient les ingrédients, la sauce ajoute à l'expérience unique du Shake Shack.

3. Frites froissées

L'année dernière, Shake Shack a changé ses frites de coupe ondulée en coupe traditionnelle à la main, ce qui a entraîné de nombreuses plaintes de clients. Le mois dernier, le PDG Randy Garutti a annoncé que la marque allait s'en tenir aux frites ondulées, qui sont plus populaires et plus faciles à préparer.

De nombreux critiques de Yelp recommandent d'ajouter la sauce au fromage maison de Shake Shack à vos frites.

4. Image "Anti-Chaîne"

Le New York Times appelle Shake Shack la "chaîne anti-chaîne", affirmant que son dévouement à la qualité et au service client va à l'encontre des stéréotypes de la restauration rapide traditionnelle.

Shake Shack ne dépense pratiquement pas d'argent en marketing, se concentrant plutôt sur la qualité de la nourriture. Ce message a aidé Shake Shack à rester populaire à une époque où les convives préfèrent Chipotle à McDonald's.

Shake Shack "a éliminé l'idée que la restauration rapide devait être précuite ou même préparée rapidement en faveur d'ingrédients de qualité et d'une expérience client", écrit QSR Magazine.

5. Délicieux milkshakes

La crème anglaise emblématique de Shake Shack est la base de ces friandises glacées. Les saveurs incluent le chocolat, la vanille, le beurre de cacahuète, la fraise et quelques spécialités créatives comme le Nutella.

Gothamist classe le shake noir et blanc, une combinaison de chocolat et de vanille, parmi les meilleurs de New York.

6. Hot-dogs à plat

Shake Shack a commencé comme un stand de hot-dogs dans le Madison Square Park de New York. De nombreux auteurs culinaires disent que les hot-dogs, qui sont faits à 100 % de bœuf sans hormones et sans antibiotiques, sont un régal sous-estimé.

"Je n'ai jamais été déçu par les hot-dogs, achetés à l'irremplaçable Vienna Beef de Chicago, qui ont été divisés au milieu, grillés et déposés dans un petit pain aux pommes de terre grillées avec ou sans les garnitures classiques de Chicago", écrit Pete Wells au New York Times . "Mieux encore, le Bird Dog, une bratwurst au poulet fumé et aux pommes de chez Usinger's of Milwaukee."

7. Spécialités régionales

En plus de son menu classique, Shake Shack propose également des desserts glacés spéciaux à différents endroits.

La chaîne sert une crème anglaise "Liberty Shell" à son emplacement de Philadelphie avec une coquille de cannoli, de la purée de fraises et de la ricotta au citron. L'emplacement de New Haven sert un "Skull and Cones Concrete", qui a une consistance similaire à un Dairy Queen Blizzard avec du beurre de cacahuète, un cornet de crème glacée et une pâte à biscuits aux truffes au chocolat mélangés.

8. Menu secret

Shake Shack a un menu secret, que Thrillist a testé avec succès. Les articles comprennent un hamburger garni de bacon et de beurre d'arachide, et un fromage grillé à base de petits pains.

J'adore le burger au bacon au beurre de cacahuète du menu secret @shakeshack. Impressionnant! pic.twitter.com/XvkiJFrPJP

– Mike (@MikeCips) 22 août 2014

9. Options végétariennes

Le fondateur Danny Meyer a déclaré que la chaîne faisait preuve de discrimination quant à ses options sans viande.

"Cela n'ira au menu que si vous en avez envie même si vous n'êtes pas végétarien", a-t-il déclaré à Bon Appetit.

Shake Shack est réputé pour son 'Shroom burger', un champignon portobello farci au fromage.

10. Bière et vin

Shake Shack vend de la bière et du vin, ce qui signifie qu'il peut également servir de destination Happy Hour.

La vente d'alcool devient populaire parmi les chaînes de fast-casual qui souhaitent trouver un autre moyen d'attirer les consommateurs.

La bière s'adresse aux amateurs d'artisanat et comprend une collaboration spéciale avec la brasserie Brooklyn.

11. Service client

« Contrairement aux employés de la plupart des fast-foods, les employés de Shake Shack donnent l'impression qu'ils aiment vraiment leurs clients », écrit Wells au New York Times.

Shake Shack verse aux travailleurs un salaire horaire moyen de 10,70 $ et offre des prestations de santé et des congés payés.

Les dirigeants de l'entreprise affirment que ces politiques les aident à attirer de meilleurs talents et que le chiffre d'affaires est inférieur aux moyennes du secteur.

Bonus - faire la queue les fait se sentir cool.

Attendre dans la longue file de Shake Shack peut sembler dissuasif. Mais beaucoup de gens aiment en fait la gratification d'attendre dans de longues files d'attente pour des produits chauds, ont déclaré de nombreux experts en consommation à Business Insider.

"Il y a des gens dans le monde dont l'identité est liée au fait d'être un consommateur de tels articles et qui tirent satisfaction de faire un effort supplémentaire, ou cinq milles, pour démontrer leur dévouement", David Gibson, professeur de sociologie à l'Université de Notre Dame , mentionné.


Perturber la nourriture

C'était une autre nuit de l'automne dernier au bureau de LivingSocial à Washington, D.C., et Alan Clifford et Ian Costello avaient faim. En tant que vice-présidents de la gestion de la relation client et du développement de produits, respectivement, les deux brûlaient souvent l'huile de minuit et tombaient sur le même dilemme : ils voulaient une nourriture de haute qualité, mais rapide.

Avance rapide jusqu'en novembre dernier, lorsque les deux ont fondé le concept de livraison premium Galley, qui a commencé à prendre des commandes à Washington au début de l'année.

« Cela nous a rendu fou que chaque soir, nous prenions cette décision de compromis entre la commodité et la nourriture de haute qualité », explique Clifford, qui a travaillé pendant six ans pour la startup de coupons numériques basée à Washington. «Nous avons toujours pensé que quelqu'un allait faire quelque chose dans ce domaine, et alors que nous nous préparions à quitter LivingSocial, nous essayions de décider de la suite. C’était le problème sur lequel nous revenions sans cesse. »

Clifford et Costello ne sont pas les seuls entrepreneurs à utiliser la philosophie de perturbation de l'industrie technologique pour bouleverser l'espace de restauration. De nombreux autres vétérans de la technologie se rapprochent de la restauration en tant que prochaine industrie en raison de perturbations.

L'idée de perturbation est un principe fondamental dans l'industrie de la technologie. Au cours des dernières décennies, la technologie s'est incrustée dans notre vie quotidienne en transformant des secteurs tels que la communication, le divertissement, la finance, etc. Aujourd'hui, plusieurs vétérans de l'industrie technologique sont sur le point de perturber un obstacle de longue date : la nourriture.

La technologie, bien sûr, est déjà un pilier dans l'industrie de la restauration. Les plateformes de médias sociaux comme Twitter et Facebook ont ​​aidé les opérateurs à interagir avec les clients, tandis que des outils tels que les menus numériques ont amélioré l'efficacité. Néanmoins, le système de restauration dans son ensemble est resté largement inchangé.

Là où de nouveaux outils peuvent accélérer ou améliorer les processus existants, la perturbation cherche à remanier l'ensemble du système et à le reconstruire à partir de zéro. Tout comme les téléavertisseurs, les téléphones portables et les smartphones ont changé de manière indélébile la façon dont les gens communiquent au quotidien, une refonte des services alimentaires, selon les experts, changerait les fondamentaux, tels que la façon dont les consommateurs commandent la nourriture et la façon dont les opérateurs interagissent avec le reste de la chaîne d'approvisionnement.

"Tous les secteurs de l'industrie alimentaire sont assez vétustes, c'est donc l'une des dernières frontières en matière de perturbation", déclare Danielle Gould, fondatrice et PDG de Food+Tech Connect.

Gould a commencé à bloguer sur l'intersection de l'alimentation et de la technologie il y a cinq ans. À l'époque, dit-elle, il y avait peu d'activité technologique dans le secteur de la restauration, avec seulement une cinquantaine d'organisations qui pensaient même à la nourriture, aux données et à la technologie et à la façon dont les trois pourraient se croiser de manière positive. Depuis lors, Food+Tech Connect est devenu une entreprise qui organise des rencontres et des événements en personne et propose des ressources en ligne pour les aspirants entrepreneurs alimentaires.

Gould a connu une explosion d'innovation entre l'alimentation et la technologie au cours des deux dernières années. «Nous avons eu cette renaissance culinaire où … les chefs sont les nouvelles stars du rock», dit-elle. « Vous commencez à voir beaucoup de gens qui viennent avec une formation en technologie, qu'il s'agisse d'investisseurs, d'entrepreneurs ou de développeurs. »

Steve Case considère l'avancée de la technologie dans l'alimentation comme faisant partie d'une évolution naturelle. Case, qui était cofondateur, PDG et président d'AOL avant de fonder la société d'investissement Revolution LLC, a mis son sens de la technologie et des affaires au service de l'espace alimentaire. En plus de Sweetgreen rapide et décontracté basé à DC, il a investi dans OrderUp, une startup de livraison de nourriture qui dessert les marchés secondaires et tertiaires qui n'ont pas été ciblés par des entreprises existantes comme GrubHub et Revolution Foods, qui a été fondée par deux mères cherchant à apporter déjeuners scolaires sains et abordables dans les écoles maternelles à la 12e année.

Case dit que le segment de la restauration rapide a déjà commencé à perturber la restauration rapide. Dans le même temps, la demande des consommateurs pour des aliments plus sains, « vrais » et une plus grande commodité entraînent un besoin supplémentaire de perturbation dans l'industrie de la restauration.

« Notre sentiment est que la technologie va remodeler la façon dont chaque aspect de la nourriture - sa production, sa distribution, sa consommation - évoluera, la technologie étant un moteur, ainsi que certaines tendances démographiques et certaines tendances de style de vie qui favorisent différentes options », explique Case. "À certains égards, en raison de l'omniprésence d'Internet, chaque entreprise doit être une entreprise technologique."

Lorsqu'il s'agit d'attirer des diplômés de la technologie et des investisseurs, le potentiel de croissance de l'industrie alimentaire est une incitation évidente, le marché potentiel de l'alimentation est de 100 %, car, comme le souligne Case, tout le monde mange, les Américains mangeant en moyenne 4,9 fois par jour.

"Les startups alimentaires utiliseront la technologie et les startups technologiques cibleront de plus en plus une industrie alimentaire de 5 000 milliards de dollars, mais les lignes deviendront un peu floues", a déclaré Case. Il ajoute que Revolution reçoit désormais plus d'appels entrants d'investisseurs concernant Sweetgreen que n'importe lequel des deux autres dizaines d'investissements du portefeuille de l'entreprise.

Le nouveau visage de l'innovation

Alors que les frontières entre l'alimentation et la technologie s'estompent, les deux parties ont la possibilité d'apprendre l'une de l'autre et d'échanger des perspectives diverses. Dans un effort pour innover et perturber, les entreprises technologiques se concentrent souvent sur l'optimisation de leurs opérations en rompant continuellement avec les routines et en expérimentant de nouvelles tactiques.

Comme de nombreux fournisseurs de services alimentaires, Clifford et Costello ont testé des recettes, embauché des chefs formés à la fine cuisine et travaillé avec des producteurs alimentaires locaux pour positionner Galley sur la voie du succès. Ils ont rompu avec la tradition en créant un logiciel d'automatisation de cuisine pour prédire la demande des consommateurs et informer le volume d'ingrédients. Les cofondateurs ont également créé un système similaire pour déterminer les itinéraires de livraison.

«Au lieu d'avoir le système normal… en étoile qui existe avec toutes les entreprises de livraison de nourriture, où le chauffeur va et vient constamment au restaurant, nous envoyons tous nos chauffeurs avec des sacs réfrigérés au début de la nuit, mais avec un itinéraire optimisé, ils vont atteindre la fenêtre de livraison de tout le monde », explique Clifford. "Nous sommes devenus très bons dans la création d'algorithmes pour nous permettre d'en faire un processus très efficace et un processus très abordable pour nous."

Comme de nombreux entrepreneurs, les leaders technologiques concentrent leurs efforts là où ils voient un problème. Clifford et Costello ont lancé Galley parce qu'ils étaient confrontés à un dilemme à l'heure du dîner. Case a investi dans Sweetgreen car il a constaté une demande non satisfaite d'aliments sains de qualité supérieure dans un environnement rapide et décontracté.

Ryan Salts, directeur de la sensibilisation et de l'engagement pour le centre de recherche pour entrepreneurs Café Commerce à San Antonio, au Texas, a déclaré que le secteur des services limités pourrait être particulièrement propice à l'innovation, compte tenu des défis auxquels les opérateurs sont confrontés.

« Lorsque la nourriture et la technologie se rencontreront initialement, ce sera sur les points les plus douloureux, car il est plus logique pour un entrepreneur de suivre la douleur. Beaucoup de ces points douloureux se trouvent dans les temps d'attente et d'inactivité », explique Salts. « Les points faibles du service rapide sont plus évidents en raison du peu de temps dont vous disposez pour tout sortir. »

Alors que l'industrie de la technologie est bien versée dans l'art de la perturbation, la restauration est une entreprise exceptionnelle. Les experts techniques peuvent avoir de l'expérience dans un environnement de travail au rythme rapide, mais ce n'est pas la même chose que de gérer une cuisine et de livrer un produit périssable destiné à la consommation.

Clifford dit que bien que son expérience de LivingSocial l'ait aidé à diriger une entreprise, Galley s'est avéré plus difficile. « Si nous avons un problème dans la cuisine et que nous sommes un peu en retard sur une recette ce jour-là, vous jetez tout le lot ou vous vous préparez à entendre de nombreuses plaintes de clients », explique Clifford. « C'est certainement une entreprise plus difficile car nous avons deux problèmes opérationnels très difficiles – la livraison et la préparation des aliments – mais nous pensons que la technologie nous permet de rendre ces problèmes un peu plus faciles à résoudre chaque jour. »

Faisant écho à ce sentiment, Case affirme que la technologie est un outil utile pour l'innovation, mais qu'elle ne doit pas éclipser d'autres facteurs importants tels que la qualité des aliments et l'emplacement de l'unité.

«Je pense que cela nécessite un équilibre, une rencontre des esprits et une mentalité de partenariat», déclare Case. « Dans le cas de l'espace [quick-service], la nourriture est évidemment l'événement principal. La technologie est de plus en plus importante, mais les gens ne mangent pas la technologie qu'ils mangent. »

Foodservice a également pour objectif d'enseigner à l'industrie technologique et à ses travailleurs le partage. Alors que les marques s'efforcent de se différencier de la concurrence, les opérateurs ne sont pas allergiques à l'expérimentation au sein de la même catégorie que les concurrents comme peuvent l'être les entreprises technologiques.

Salts affirme que les aspirants professionnels de la technologie pourraient apprendre de l'industrie de la restauration en ne se laissant pas décourager par les concurrents et en les considérant plutôt comme un moyen de s'améliorer. Tout comme les rassemblements de food-trucks et les clusters de restaurants capitalisent sur le fait de faire partie d'une communauté, les entreprises technologiques devraient aussi le faire.

« Les communautés technologiques et les communautés alimentaires fonctionnent bien mieux que les îles. Vous en apprendrez plus », dit Salts. Il ajoute que la communauté technologique moderne est un peu plus réceptive à la collaboration que ses ancêtres.

Les similitudes entre les travailleurs de l'alimentation et de la technologie permettent également un meilleur potentiel de partenariat. « Un programmeur est presque comme un chef : ils sont tous les deux très bons dans leur métier et il y a, dans une certaine mesure, un talent artistique derrière la façon dont vous pouvez créer du code », explique Salts. "Mais [c'est] aussi similaire à si vous deviez faire un soufflé: il n'y a pas trop de façons de le faire et de s'assurer qu'il ne tombe pas à plat."

L'intersection de la technologie alimentaire

Alors que l'intersection de l'alimentation et de la technologie devient plus prononcée, une pléthore d'entreprises ont émergé pour guider les opérateurs et les aspirants entrepreneurs de la restauration à travers l'espace naissant. South by Southwest (SXSW), le festival annuel de musique d'Austin, au Texas, a évolué pour inclure le cinéma, la technologie et, plus récemment, la nourriture.

En 2014, SXSW a lancé SouthBites dans sa catégorie « Interactive » avec pour mission de lancer l'innovation et de combler le fossé entre les passionnés de cuisine et les innovateurs technologiques. Alors que mars dernier n'en était qu'à sa deuxième année, SouthBites s'est vanté de 30 panels au cours de ses trois jours, mettant en vedette des géants culinaires comme David Chang, ainsi que Gould de Food+Tech Connect.

« Interactive a toujours couvert la programmation culinaire d'un point de vue mène SouthBites. Rien que pour la première année de SouthBites, dit-elle, des personnes de l'alimentation et de la technologie qui ne connaissaient pas le travail de l'autre se sont rencontrées pour la première fois et ont commencé à parler de nouveaux projets et de moyens de changer l'espace alimentaire. "Nous avions tous des conversations les uns avec les autres à propos de ce [thème] qui commençait à faire surface et qu'il y avait une réelle opportunité pour nous de créer un espace qui était peut-être un peu différent de certains des événements [technologiques] déjà existants."

Garcia dit que le fait de pouvoir faire venir des orateurs notables de la communauté d'Austin et au-delà était encourageant pour l'avenir de SouthBites. La catégorie "Interactive" de SXSW propose également un programme d'accélérateur dans lequel les startups peuvent postuler pour présenter leur concept devant un groupe de juges sélectionnés par SXSW Garcia laisse entendre qu'à mesure que SouthBites se développe, il pourrait devenir une catégorie au sein de ce programme d'accélérateur.

Salts a participé à un panel de SouthBites pour discuter de Café Commerce, lancé en juillet dernier. Créé en tant que partenariat entre la ville de San Antonio et le micro-fonds à but non lucratif LiftFund, Café Commerce a été conçu comme un programme d'incubateur d'entreprises. Son programme d'accélérateur culinaire, Break Fast & Launch, est le premier du genre aux États-Unis, selon Salts, ciblant spécifiquement les entreprises liées à l'alimentation.

"Quand nous avons vu qu'il s'agissait d'un besoin constant… nous avons pensé que ce serait un bon moyen d'imiter ce que nous avons appris de la communauté technologique", a déclaré Salts.

Les programmes de trois mois ne sont pas des salles de classe, mais plutôt un apprentissage pratique avec des conseils d'experts, dit Salts. Avec la plupart des accélérateurs, les participants viennent de tout le pays et ramènent ensuite leurs compétences chez eux. Étant donné que les lois sur les aliments varient d'un État à l'autre, le processus est un peu plus compliqué pour Break Fast & Launch.

« Parce que la nourriture est tellement centrée sur le plan géographique, en particulier avec les réglementations… Ce n'est peut-être pas exactement le même ensemble de règles pour Seattle », déclare Salts, ajoutant qu'une grande partie des fondamentaux de l'entreprise sont toujours transférables.

À New York, Food+Tech Connect a récemment lancé Food+Tech Ed, qui propose des cours d'entreprise en ligne et en personne allant des « Fondements de la recherche sur les utilisateurs » au « Crowdfunding for Food Entrepreneurs », et même un camp d'entraînement de marque d'une journée. .

L'entreprise organise également un « hackathon » annuel qui rassemble des développeurs, des concepteurs et des entrepreneurs pour relever de grands défis, tels que la refonte de l'industrie de la viande pour qu'elle soit plus durable et rentable, et créer des solutions viables au cours de trois jours. Semblables à l'espace technologique, ces hackathons mettent l'accent sur le prototypage et l'itération rapides. L'événement de l'année dernière, Hack//Dining NYC, s'est associé à Chipotle, Google et Batali & Bastianich Hospitality Group de Mario Batali, entre autres. Chaque entreprise présentait un problème unique à résoudre pour les pirates. Par exemple, Google a demandé comment les services alimentaires d'entreprise pourraient utiliser la technologie pour encourager les gens à faire de meilleurs choix alimentaires.

« Il n'y a jamais eu autant d'intérêt à perturber l'alimentation, mais l'industrie alimentaire est si compliquée, et ce n'est pas parce que vous mangez de la nourriture que vous comprenez les subtilités et les complications », déclare Gould. « Nous pensons que les meilleures solutions viennent lorsque vous amenez tout le monde à la table pour travailler ensemble. »

Gould recommande que les opérateurs actuels et potentiels intéressés par une approche plus synergique de l'alimentation et de la technologie assistent à des événements conçus autour de l'intersection des deux industries. Ces événements sont de plus en plus nombreux en septembre, Food+Tech Connect, avec Union Square Hospitality Group et American Express, organisera une conférence appelée Tech Table.

"C'est de la haute technologie pour le" high-touch ", donc tout est une question de technologie pour l'industrie hôtelière et de la façon dont nous rassemblons l'industrie technologique avec l'industrie hôtelière afin de créer de meilleurs produits et de créer un dialogue", a déclaré Gould.

Les millennials ont été les premiers à adopter la technologie, et Case affirme que ces « natifs du numérique » accéléreront le croisement des technologies alimentaires, compte tenu de leur orientation gastronomique, de leur palais aventureux et de leur recherche de commodité.

Qu'un aspirant opérateur de services alimentaires vienne du secteur alimentaire ou technologique, dit Case, il ne devrait pas s'aventurer seul dans l'industrie.

« Tout le monde qui essaie de tout faire lui-même sera probablement difficile », déclare Case. « Comment s'entourer de gens qui comprennent cela ? Une partie consiste à embaucher des jeunes qui sont généralement plus au courant de ce qui se passe ici. Mais [it’s] aussi s’associer avec les entrepreneurs pour trouver des moyens de s’engager avec les startups là-bas et non seulement se concentrer sur l’entreprise telle qu’elle est aujourd’hui, mais se concentrer sur où elle va.

De retour à Galley, Clifford et Costello s'efforcent d'intégrer les leçons apprises de leur expérience technologique dans la nouvelle entreprise. Cela signifie que Galley aspirera à augmenter la commodité, à servir un produit de meilleure qualité et à fonctionner plus efficacement.

Au moment de mettre sous presse, l'entreprise n'était en service que depuis quelques mois, mais recevait déjà des centaines de commandes par jour, avec des demandes d'extension à Bethesda, Maryland et Virginie du Nord. Au rythme actuel - "Nous grandissons ridiculement vite", dit Clifford - la paire s'attend à ce que les commandes se chiffrent en milliers assez tôt.

Malgré la demande, dit Clifford, ils veulent s'assurer qu'ils ont raison à D.C. avant de se développer, ils veulent conserver la propriété de l'ensemble de l'écosystème Galley d'une manière que peu d'opérateurs ont pu accomplir jusqu'à présent.

"Il y a soit des gens de l'alimentation qui ont essayé de changer le côté de la préparation des aliments, soit des techniciens qui ont essayé de créer des logiciels pour faciliter le processus global du restaurant", dit-il. « Mais il y a eu très peu de personnes qui possèdent toute la chaîne de valeur. Quand vous regardez la technologie et toutes les entreprises technologiques, la nourriture est l'un des derniers domaines où il n'y a tout simplement pas assez fait. »


2 Des blogueurs aux influenceurs

En 2002, Julie Powell a commencé le "Julie and Julia Project" où elle a documenté ses tentatives pour cuisiner chaque recette dans Julia Child's Maîtriser l'art de la cuisine française via la nouvelle plateforme Blogger. Trois ans plus tard, il avait généré un livre à succès et, en 2009, un film mettant en vedette Meryl Streep et Stanley Tucci.

Une autre plate-forme révolutionnaire, Twitter, lancée en 2006 et est rapidement devenue particulièrement appréciée des journalistes gastronomiques et de l'industrie de la restauration. Après l'arrivée d'Instagram quatre ans plus tard, un plat "grammable" est devenu un élément essentiel sur chaque menu et les photos de dîner la devise du marketing de l'hospitalité et de la critique des restaurants nouvellement démocratisés.

Les médias alimentaires ont subi de terribles bouleversements. Aujourd'hui, avoir une large audience en ligne ou être un « influenceur » est un indicateur de célébrité qui se trouve à côté et est de plus en plus lié au fait d'être un chef, une star de la télévision ou un restaurateur à succès. La renommée traditionnelle a clairement son utilité. L'un des plus grands visages de l'alimentation sur la plate-forme sociale la plus puissante de cette année, TikTok, est Gordon Ramsay.

Ella Mills, leader de la première vague d'influenceurs britanniques Photographie : Amelia Troubridge/The Observer


Les camions de nourriture les plus cool pour pimper votre fête

Rôtis de porc, bière et musique forte : indiscutablement trois des meilleures choses de l'été. Les amis Jacob Read et Will Walker (un graphiste et un photographe), qui sont de tels fans de la musique et du mash-up de grignotage, ont créé « Pig&Rig », un camion qui prépare un cochon entier à la le son de l'indie et du reggae diffusé par des haut-parleurs de qualité supérieure.

À l'aide d'un four à rôtir fantaisie La Caja China, ces gars-là rehaussent la saveur de notre ami oinking préféré, créent un crépitement extra-croquant et le préparent à servir à 100 personnes en moins de cinq heures.

Ils sont prêts à faire leurs valises et à emporter leur équipement n'importe où dans le pays, et espèrent faire les tournées du festival l'été prochain et les retrouver sur leur page Facebook en attendant que leur nouveau site Web soit prêt à voler.

2 | La risée

Se faisant déjà un nom en réquisitionnant des tentes partout, de Glastonbury aux Hay Festivals - et en obtenant le feu vert de Mark Hix - cette entreprise écossaise est devenue le leader de la révolution des pop-ups.

Le menu est très adaptable. Fondamentalement, quoi que vous recherchiez, les propriétaires Jack et Amy peuvent tout arranger.

Le couple a également un excellent pedigree. Amy a travaillé dans des cuisines de Harrods à The Fat Duck et ensemble, ils ont passé un an à voyager en Europe dans un camping-car VW, cuisinant et expérimentant avec des ingrédients locaux en cours de route.

Si vous recherchez une gamme de plats de qualité supérieure pour votre fête cet été, vous pouvez louer l'une de leurs stations de restauration mobiles, de The Grill Trailer (capable de servir plus de 200 hamburgers par heure) au Hot Dog Cart. (promets « saucisses chaudes et hot-dogs costauds ») et le Wrap Shack (agneau épicé, ça vous tente ?).

3 | Camion à tacos

Vous voulez goûter au Mexique mais vous n'avez pas envie de quitter votre jardin arrière ? Cherchez pas plus loin. Taco Truck est une cuisine portable qui prépare la gâterie hispanique préférée de tous.

Né d'un amour de la cuisine mexicaine authentique, le camion, qui est en fait un camion de pompiers Citroën H, peut nourrir 300 personnes et sert des joyaux comme du poulet fermier mariné dans du zeste de citron vert frais et de l'origan.

Réservez le camion pour votre prochaine fête privée, barbecue ou, si vous êtes vraiment en train de célébrer, le jour de votre mariage. Il a déjà honoré la scène de nombreux festivals de musique, y compris les Proms à Hyde Park.

Pour couronner le tout, ce mobile Mexico vend même sa propre sauce chili sous le nom de «Guau» - le mot espagnol pour «woof».

4 | Pizza Pèlerins

Thom et James Elliot ont pour mission absolue d'apporter à la Grande-Bretagne une pizza de premier ordre. Les frères ont voyagé jusqu'au sud de l'Italie depuis leur base londonienne, pour découvrir comment les Napolitains préparent leur plat national.

Le résultat? Une base de levain insensée, garnie d'ingrédients de bonne qualité, qu'ils vendent dans leur camionnette mobile (disponible à la location), ainsi que dans leur boutique florissante de Soho.

Consultez leur site Web alléchant pour faire une réservation.

Se décrivant comme "un espace et un enfer pour améliorer le goût des villes", CURB organise des marchés, des événements et des ateliers pour aider le public à trouver la meilleure cuisine de rue à sa porte.

Démarré par Petra Barran &ndash qui est sorti pour la première fois dans la rue en 2005 avec l'entreprise de restauration mobile Choc Star &ndash CURB vise à trouver les meilleurs commerçants de chaque ville et à les rassembler sous une même bannière &ndash, facilitant ainsi la sélection du fourgon alimentaire parfait. pour ta fête.

Des spécialités vietnamiennes de Hanoi Kitchen aux nouilles de Mama Wang et aux glaces au sorbitium, CURB a à peu près tout ce qu'il faut pour vos invités.

Si vous êtes à la recherche d'un verre pour tout arroser, rendez-vous au CURB Cocktail Bar, en association avec Manhattans Project. Au menu, Jungle Bird, Rose and Cardamom Margarita et Vinegared G&T (non, nous non plus).

Assurez-vous de les voir à plusieurs endroits dans la capitale, du Southbank Centre à Granary Square, Kings Cross, ou louez-les pour un événement privé sur leur site Web.


Sweetgreen et Shake Shack se lancent dans les drive-in. Ils ne sont pas seuls

Les services au volant sont sur commande spéciale dans de nombreux restaurants alors que les propriétaires se précipitent pour mettre les clients à l'aise pendant la pandémie et se préparer à un avenir de service alimentaire de plus en plus régi par la commodité.

Des spécialistes du service rapide tels que Sweetgreen et Shake Shack planifient leurs premiers magasins avec des voies de service au volant, tandis que les opérateurs existants se démènent pour construire de nouveaux portails de service automobile ou des ouvertures temporaires pour servir les clients au volant.

Les efforts vont à l'encontre de la réflexion récente en matière d'urbanisme dans laquelle certaines villes cherchent à limiter les nouveaux passages au volant pour réduire les émissions automobiles et les déchets, faire baisser l'obésité et améliorer la sécurité des piétons.

Les drive-in et les terrasses pour les repas en plein air sont des points lumineux rares dans l'industrie de la restauration, qui a vu de nombreuses entreprises se replier ou subir des coups soutenus des restrictions COVID-19 sur les repas en commun et la réticence de nombreux convives à s'aventurer loin de la sécurité de la maison.

Certains restaurants à travers le pays ont même relancé le service de carhop, une option de dîner dans votre véhicule qui contribue vraisemblablement à la survie du restaurant et des clients. (Vendredi, les responsables du comté de Los Angeles ont levé l'interdiction des repas en plein air mais ont imposé des restrictions.)

Les investisseurs ont pris note. Les courtiers immobiliers de détail de Los Angeles chez CBRE ont déclaré que les propriétés avec des services au volant sont passées à 90% de leur chiffre d'affaires d'environ la moitié au cours des 12 derniers mois alors que les investisseurs fuient les centres commerciaux et autres lieux de vente au détail en difficulté vers des endroits où les clients dépensent activement de l'argent .

L'anxiété liée au COVID-19 a augmenté les ventes dans les restaurants que les gens peuvent fréquenter en baissant brièvement les vitres de leur voiture, a déclaré le propriétaire du centre commercial Sandy Sigal, président de NewMark Merrill Cos. Le propriétaire de Woodland Hills contrôle 450 restaurants dans 85 centres américains.

"Les magasins qui ont eu des drive-in pendant cette pandémie, leurs affaires ont dépassé les charts", a déclaré Sigal, citant les données collectées par son entreprise.

Les drive-in sont faciles à construire, a-t-il dit, mais pas faciles à utiliser lorsque les clients affluent.

"Ce qui est vraiment difficile, c'est de s'assurer que cette ligne continue de bouger", a-t-il déclaré, et de remettre aux clients leur nourriture dans les 10 minutes. « Qui veut passer son heure de déjeuner assis dans une voiture ? »

Alors que les drive-in sont depuis longtemps associés aux hamburgers et autres fast-foods bon marché, des concurrents plus chers dans la catégorie fast-casual tels que Chipotle, Shake Shack et Sweetgreen se lancent dans les drive-in, selon un récent rapport du Credit Suisse.

Sweetgreen has been eyeing drive-throughs of its own for a decade, co-founder Nicolas Jammet said, and had been making plans in recent years to build them.

“Then COVID hit,” he said, “and we looked at our customers and said, now is the time to fast-track this and bring it to life.”

The national restaurant chain, which is based in Culver City, positions itself as a healthy-food-oriented competitor to the cheap and fast hamburger purveyors that pioneered the drive-through market and still dominate it.

During the pandemic, “a lot more customers are reluctant to come inside,” said Jammet, who is co-chief executive.

Sweetgreen has historically catered to a tech-savvy customer base, he said. Even before the pandemic, about half of the orders at Sweetgreen’s 120 restaurants were placed and paid for digitally, for pickup or delivery.

The company strives to “reduce friction” for customers and make ordering nutritious food “fast, convenient and cool,” Jammet said. Drive-throughs are part of that strategy and will become more common as Sweetgreen expands beyond city centers into the suburbs.

The first Sweetgreen with a drive-through is set to open later this year in Highlands Ranch, Colo., a neighborhood south of Denver.

Drive-through customers will be required to order ahead on the company’s phone app. Another option for the drivers will be to park in a pavilion with intercoms where they can order salads, warm bowls and other menu items to be delivered by carhops.

“We’re going to bring our food to the same kind of convenience channels that so many Americans are used to,” he said.

Upmarket New York burger joint chain Shake Shack, which has been operating on a to-go-only basis during the pandemic, announced in October that it will open its first drive-through late this year, with as many as eight by the end of 2022.

Chief Executive Randy Garutti in an earnings call described them as “a modern version of the traditional drive lane experience,” and a rendering of a prototype in trade publication QSR Magazine showed three car lanes — two for drive-through service and a third for pick-ups placed through phone apps.

Chipotle Mexican Grill introduced drive-throughs two years ago and opened its 100th “Chipotlane” in July. The Newport Beach company said such lanes will be included in 60% of its new stores, even though they require more staff than restaurants without drive-throughs.

New Chipotles with drive-throughs outperformed new Chipotles without them by 25% last year, according to Credit Suisse.

Such numbers are driving investment dollars to drive-throughs, said property broker Alex Kozakov of CBRE. “All the demand from investors has shifted to that sector” from other types of retail real estate, he said, and lenders are comfortable backing it.

Other businesses people can patronize without getting out of their cars are also prospering during the pandemic, including drive-through carwashes and rapid vehicle maintenance services such as Jiffy Lube.

Motels, long the orphans of the hospitality industry, stand to gain popularity as people hit the road again and seek to avoid interior spaces.

Investors “feel that that’s where the most security is right now,” Kozakov said. “Whether it’s today or in the future, if we have a pandemic, [drive-throughs] will be able to survive.”

One of the growing drive-through categories during the pandemic has been coffee, he said, a daily staple many are unwilling to forgo.

Starbucks is the java juggernaut, but one mom-and-pop caffeine shop in the Cypress Park district of Los Angeles has rigged up a temporary solution to compete by turning its side door for deliveries into a drive-through.

“We’ve been getting a lot of customers from the Starbucks down the street” who notice that the car line is shorter at 1802 Roasters, co-owner Christian Degracia said.

The neighborhood coffeehouse on Cypress Avenue has been open about a year and did 95% of its business through the drive-through when outdoor dining was banned by health officials, he said.

“At first we were concerned folks wouldn’t buy into it,” Degracia said. But “the response has been great. This has been working out for us so far, even with the shutdown.”

He’ll miss having car service when indoor dining returns and he needs the door again, he said. “Although the shop wasn’t built to be a drive-through, it was definitely fun operating it as one.”

The popularity of drive-throughs in a pandemic shouldn’t surprise anyone, Bay Area real estate consultant David Greensfelder said.

“People still want to eat out,” he said, “or are having a hard time shopping. It gives them another option.”


Shake Shack Will Operate Pop-Up Food Truck at SXSW Festival - Recipes

By Meera Nagarajan // September 25, 2020

Sando Shack, a new food truck specializing in Japanese-style sandwiches, opened on Friday, Sept. 25. The food truck focuses on a selection of katsu sandwiches, which is a protein cutlet (meat, fish or tofu) breaded in panko and deep-fried, served with tonkatsu sauce – a tangy, sweet and savory sauce – on white bread.

Co-owners Amy Guo and Daniel Jensen moved from Seattle two months ago to open Hello Poke, a concept inside City Foundry STL, which has postponed opening due to the pandemic, and the husband-and-wife duo found a lot of free time on their hands.

“I don’t think [City Foundry] is going to open if it’s not safe, so now that we don’t have much going on, our friend has a food truck and we thought, ‘Let’s use it,’” Guo said.

The menu will rotate between five different sandwiches. The katsu chicken sando on white bread features a boneless chicken thigh fried to a bronzed, crispy coating on the outside, topped with Bull-Dog brand tonkatsu sauce and coleslaw made with red and green cabbage, cilantro, Kewpie mayo and rice wine vinegar. The sweet and spicy katsu chicken sando is similar but with a kicked-up sauce from the addition of sambal and gochujang for more zip.

The katsu burger has a boost of flavor from a combination of ground beef with a soy- and rice wine vinegar-based marinade. It's breaded, fried and served with a house-made black garlic aioli, along with katsu sauce and coleslaw on a brioche bun.

Vegetarians can have their fun too with the multilayered egg salad sando, which combines two layers of egg salad with a soft-boiled egg in between two slices of white bread. The miso tofu sando – featuring fried tofu, with a sweet and savory miso sauce, avocado on white bread – will also be on rotation. The potato salad made with Yukon Gold potatoes, edamame, Kewpie mayonnaise and karashi, a Japanese mustard, is also vegetarian.

“We wanted to try something different from poke. Japanese sandwiches are popular now in Seattle, and we thought people here would like it,” Guo said.

Guo plans for the truck to operate on Fridays and Saturdays at various locations, along with Sundays at The District at Chesterfield Valley. Look for schedule and menu updates on Facebook and Instagram.


A Beef Festival, A Midwestern Restaurant, and More Seattle Food News You Can Use: Oct 5, 2018 Edition

OPENINGS
i5 Pho
This pho restaurant, which also has a location in Tacoma, opened a second location in Pioneer Square and had its grand opening on September 23. Popular menu items besides pho include the banh mi dip (a banh mi sandwich with a side of broth for dunking), chicken wings, and the "Bruce Lee sauce."
Pioneer Square

Petoskey's Pizza
Named for the Michigan town, this new Midwestern-themed pizzeria, which opened in Fremont and had its first Yelp review on September 27, serves a menu of reimagined Midwest classics, including Wisconsin fried cheese curds, tater-tot hot-dish (for the uninitiated, that's a Midwestern-style casserole), a Juicy Lucy (a burger with a cheese-stuffed patty), and other hearty fried comfort food—there's even a macaroni and cheese pizza that Leslie Knope would surely approve of. To drink, there's wine, beer, and themed cocktails with names like "The Superior" and the "Minnesota Martini."
Fremont

Tasty
This Chinese restaurant, which opened in U-District and had its first Yelp review on September 19, has a very Instagrammable wall proclaiming "TASTY" in floral letters on an ivy-covered background and a menu of authentic dishes like dandan noodles, hot pots, and pork belly. You get complimentary herbal soup and peanuts to snack on before your meal.
University District

CLOSURES
Ada’s Restaurant and Bar
The restaurant and bar (not to be confused with Ada's Technical Books on Capitol Hill), which closed temporarily for "technical issues" this spring, has shut down permanently and has a "for lease" sign in the window.
Phinney

Sport Restaurant and Bar
Restaurateur John Howie's sports bar across the street from the Space Needle is closing on Saturday, October 27. According to Howie, who also owns Seastar, John Howie Steakhouse, Beardslee Public House, and Wildwood Spirits Co., the place was still popular, but rising costs and the size of the establishment made the bar difficult to maintain.
Queen Anne

OTHER FOOD NEWS
Shake Shack opening delayed
The popular Danny Meyers burger chain was set to open on Saturday, October 6, in South Lake Union but has pushed back their opening. A new opening date has not yet been announced, but they say they will be open "very soon." Les Seattle Times hints that a soft opening could happen any day now, so if you're in the area, it might be worth stopping by just in case.

Walrus and the Carpenter on Jeopardy!
Renee Erickson's celebrated Ballard oyster bar the Walrus and the Carpenter was briefly featured in a Jeopardy! question this week.

Renee Erickson recognized by Puget Sound Business Journal and Inc Magazine
Speaking of Erickson, she was named an honoree of the 2018 Women of Influence award by Puget Sound Business Journal and recognized in Inc Magazine's The Female Founders 100.

Edouardo Jordan continues to receive media attention
James Beard Award-winning chef Edouardo Jordan of the acclaimed JuneBaby and Salare was featured in the business section of the Root 100 (The Root's "annual list of the most influential African Americans, ages 25 to 45"), and his restaurant Junebaby made Temps's list of Greatest Places in 2018.

Feed Co. Burgers in Redmond sold
Feed Co. Burgers has sold its Redmond location, which will continue to operate as a burger restaurant under a new name. Owner Scott Staples will focus on running the Central District location of Feed Co. and Uneeda Burger in Fremont.

Flying Apron coming to West Seattle
Gluten-free and vegan bakery Flying Apron plans to open a West Seattle location in the former space of the recently closed Great Harvest Baking Company, with an expanded menu featuring soups, pasta, and pizza. The new location is slated to open no later than January.

Washington breweries win awards at Great American Beer Festival
San Juan Island Brewing Co., Figurehead Brewing Co., Cloudburst Brewing, Silver City Brewing, and other Washington breweries took home awards at the Great American Beer Festival in Denver, Colorado.

Sam Choy's Poke to the Max coming to Sea-Tac
Soon you'll be able to get your raw-fish fix at the airport: the Seattle and Hillman City poke purveyors Sam Choy's Poke to the Max will open a location at SeaTac with a bar, breakfast, lunch, and dinner in January 2019. The new location will join an abundance of other local options, such as Cafe Flora's Floret and an upcoming location of Sunset Fried Chicken.

Vios Cafe and Marketplace for sale
After 15 years of business, Capitol Hill's Greek restaurant Vios Cafe and Marketplace is for sale. Owner Thomas Soukakos, who sold the Vios Cafe and Pub (now renamed Cafe Arta Bistro and Pub) inside the Ravenna Third Place Books in March, hopes to spend more time in Greece and focusing on his other restaurant Omega Ouzeri.

Salumi moving to new location
The Pioneer Square cured-meat sandwich shop with a cult following is moving into the nearby former space of the recently closed Rain Shadow Meats Squared next month. In honor of the space's previous life, Salumi will feature a Rain Shadow Meats sandwich collaboration as a special for a few months when they re-open. The new location will have more space and will feature a communal table, a retail area, and a private dining area.

Nutty Squirrel and Fainting Goat Gelato come together to offer pastries
Local gelaterias Nutty Squirrel and Fainting Goat have teamed up and enlisted former Bakery Nouveau employee Kim Nguyen to develop a line of European pastries, including tiramisu, croissants, panna cotta, and more, to be sold at all of their stores. (Nutty Squirrel is owned by Alev Seymen, the daughter of Fainting Goat owners Yalcin and Sevim Ataman, and her husband Tolga.)

Aerlume coming to Pike Place Market
Chef Jason Wilson and the El Gaucho team, who have joined forces to form a group called Fire & Vine, will open a restaurant called Aerlume (like "heirloom," as in the Washington State produce they'll serve) in Pike Place Market, with a full bar, a dining room with a live bonfire, two chef's tables, and an outdoor seating area for 50 guests, with a seasonally inspired menu by executive chef Maggie Trujillo. The restaurant is set to open for happy hour and dinner later this year, with a lunch and weekend service to come in early 2019.

Cannabis gummies soon to be prohibited
The Washington State Liquor and Cannabis Board will soon prohibit cannabis-infused gummies and candies that look "especially appealing to children," a rule that will go into effect beginning January 1.

Lowrider Baking coming to Georgetown Trailer Park Mall
Baker and pastry chef Emily Allport's cookie pop-up Lowrider Baking Company will join the Georgetown Trailer Park Mall, with a grand opening currently planned for October 27. The trailer will have a cookie counter and will feature a menu of signature cookies and rotating seasonal flavors like pumpkin dark chocolate or dark chocolate walnut fig.

Grand Central Baking Company coming to Wedgwood
A new Wedgwood location of Grand Central Baking Company is set to open in Wedgwood by mid-October. The new space will have the company's full line of artisan breads as well as salads, sandwiches, and pastries in a "bright, beautiful space with clean lines, white tile and natural wood where customers can enjoy delicious food and a sense of community" and a dedicated parking lot for customers.

Mbar names new chef de cuisine
The Mediterranean-inspired New American restaurant Mbar from Mamnoon owners Wassef and Racha Haroun has named Tana Mielke, a Western Washington native who lived in Greece for two years, its new chef de cuisine.

ÉVÉNEMENTS
FRIDAY, OCT 5
Belltown Brewing Fresh Hop IPA Release
Toast to Belltown Brewing's new Carpenter Ranches Fresh Hop IPA, an "ode to the hardworking hop growers at Carpenter Ranches, who have been an integral part of the Yakima Valley hop industry since 1868" and made with fresh Mosaic hops.

Celebrate Oktoberfest with Ayingerbrau!
Twenty dollars will get you an entire liter of Ayinger bier, and you can keep the mug.

Chocolate Book Signing & Tasting with Dr. Kristy Leissle
Dr. Kristy Leissle will talk about the "politics of cocoa" in Africa outlined in her new book, Cocoa, and she'll sign copies. After that, she'll lead a chocolate tasting of offerings that are only sold in Ghana.

Taste of Seattle Made
Seattle Made Week kicks off with Central Co-op's Taste of Seattle Made, which showcases over 40 local purveyors of everything from spicy sausage pizza to ice cream sandwiches to boozy treats.

Viking Disco & Feast
Don your horned helmet and party like it's 1066 at this Viking disco with LUSHY and DJ Jonasson. Prizes will be awarded for best costume, and dancers will be replenished with a hearty feast by Chef James Bushell.

Wine Food: New Adventures in Eating and Drinking
Portland-based natural wine bar and winery owner Dana Frank and author and stylist Andrea Slonecker partnered up to share 75 recipes that pair well with affordable wines. This dinner at the Seattle natural wine bar will offer a meal inspired by the book. The authors will be there to sign your copies.

OCT 5-6
Seattle Blind Café
Dine in the dark with the Blind Cafe, a traveling pop-up experience that hosts sensory tasting dinners in 100% darkness to raise awareness for social issues. For this event, they've partnered with Airbnb to hold the event at a secret location and will greet guests with dark chocolate and red wine by candlelight before they are engulfed in darkness for a vegetarian meal and music from Rosh & the Blind Cafe Orchestra.

OCT 5-7
Cowabunga
Lauding itself as "America's largest festival of beef," Seattle Met's Cowabunga festival presents an all-you-can-eat weekend full of cook-offs and cow meat tastings (with some attention paid to seafood, cake, and booze, too).

Dungeness Crab & Seafood Festival
Port Angeles's nationally recognized crab extravaganza, whose claim to fame is apparently having been featured in a question on Jeopardy!, offers copious crustaceans, as well as a chowder cook-off, a "grab-a-crab" derby, local beer and wine, craft vendors, live music, art, Native American activities, and more.

SATURDAY, OCT 6
3rd Annual Single Malt Saturday
Snack on appetizers and sample from the largest collection of single malts on the West Coast, with over a hundred options and a small collection of unique scotches, single malt Irish whiskey, and Japanese single malts.

Beveridge Place Pub 2nd Annual Fresh Hop Festival
The homey neighborhood alehouse will close off the parking lot for a festival with over 30 local fresh hop beers, plus outdoor games and nosh.

Bothell Underground Beer Festival
Huddle in a cozy garage to taste local brews and ciders from spots like 20 Corners Brewing, Decibel Brewing Company, and Avid Cider Co. There will also be plenty of food offerings, as well as live music from Parlor Swing, the Marina Christopher Trio, and others.

Brew Your Own Kombucha
Learn how to brew and bottle your own tart, fizzy fermented elixir with fresh fruit, ginger, herbs, and spices, and go home with your own SCOBY (Symbiotic Culture Of Bacteria and Yeast) equipped to start a new brewing habit at home.

Harvest Oyster Party
Gulp briny Hama Hama oysters and sip crisp sparkling wine and cider from around the globe as you take in live music.

“Lucy” Grape Stomp!
Channel your inner Lucille Ball (in honor of her 100th birthday) and stomp some grapes the old fashioned way. Wear your best Lucy costume for the chance to win a prize, and enjoy lots of fall activities while you're there.

SUNDAY, OCT 7
Mad Scientist Cocktail + Mocktail Lab
Get creative with your cocktails and mocktails in these workshops.

Osteria La Spiga 20th Anniversary
The Capitol Hill restaurant will celebrate 20 years of serving their delicious Northern Italian fare with a signature birthday menu and live music from local funk-jazz jammers West Seattle Soul.

Three Sacks Full Pop-Up
Driven by his curiosity to discover what a “real carrot” tasted like, chef Michael Tsai took a sabbatical to work on Green String Farm in California and eventually moved to the Snoqualmie River Valley’s Goose and Gander Farm, where he works now. He will bring that same farm-to-table sensibility to Three Sacks Full, his pop-up with sommelier and partner Matthew Curtis, who favors wine pairings from smaller producers and family-run wineries. Naturally, their menus are locally sourced, ever-changing, and hyper-seasonal. They say: "We return to this great old Rainier Ave. location just a few doors down from Columbia City Bakery. Expect to find a menu filled with late summer vegetables and maybe a touch of autumn. September and October are great produce months here in the PNW."

MONDAY, OCT 8
Author Dinner at Delancey Seattle: Let's Stay In by Ashley Rodriguez
In her debut cookbook, Date Night In, Seattle author and Not Without Salt food blogger Ashley Rodriguez shared the story of her relationship with her husband and extolled the virtues of a weekly dinner for two. (Her internet-famous salted chocolate-chip cookies, riddled with melty pools of chocolate, rank among the best I’ve ever tried.) Now she’s releasing her follow-up, Let’s Stay In, an ode to the pleasures of sharing cozy meals at home with family and friends. At this dinner brought to you by the adorable Fremont cookbook store Book Larder, Ballard wood-fired pizzeria Delancey will serve a three-course meal inspired by the book with dessert and wine, and you’ll go home with a signed copy of Rodriguez’s new book.

Booktoberfest: Bookish Happy Hour
Booze with bibliophiles at this Booktoberfest bash, where you can chat with new friends about favorite books and authors.

Lunar Harvest + Simcoe Fresh Hop Special Release
Gluten-free drinkers need not be left out of the fresh hop and fall beer fun: Ghostfish Brewing, which makes its gluten-free brews with millet, buckwheat, and brown rice, will release two special beers: Lunar Harvest—a Belgian tripel-style spiced with cinnamon, nutmeg, ginger, clove, allspice, and coriander—and their second Fresh Hop Release, made with Simcoe Hops from Yakima Chief Ranches.

OCT 9-12
Fresh Hop Fiesta Grande
Head to the Pine Box to taste 20 of the freshest, hoppiest beers around from select local breweries who get their hops from Yakima Valley.


Shake Shack's Avocado Bacon Burger

Kaley Roberts/ Eat This, Not That!

I love Shake Shack, but talk about bland. The redeeming factor here is that they didn't promise anything crazy: it was simply a launch of two burger-improving toppings. As of last month, you can officially add both avocado and bacon to any Shake Shack burger.

Naturally, I added both. The chain designates their new offerings as "freshly-sliced avocado and Niman Ranch applewood-smoked bacon," and to their credit, the avocado did taste fresh. The bacon was definitely elevated. It just wasn't enough to make this burger stand out.


BTS, Travis Scott and more celebrities are providing some tasty pop to fast food menus

It’s not uncommon for music by pop superstars to appear in commercials, but these days they come with a side of fries.

Recent months have seen a string of stars from the music world entering into partnerships with fast food chains that sell burgers and help sell the musicians to a wider audience.

McDonald’s has had a string of successes with its “Famous Orders” program, collaborating with Travis Scott, J Balvin and, most recently, international superstar Korean pop group BTS. The fast food giant names a meal after the pop artist that gets promoted on social media.

These promotions transcend boundaries to reach new audiences, according to Richard T. Rodriguez, who is an associate professor of media and cultural studies at UC Riverside with lots of students who listen to BTS.

“It has a different kind of reach that a toy in a Happy Meal doesn’t,” he said in a phone interview.

The promotions are energizing, according to Mark Rosati, culinary director of Shake Shack, who a few weeks ago found himself in a restaurant kitchen making burgers with record producer and musician Benny Blanco.

Bonding over burgers

Rosati, who is a friend of Blanco’s, teamed with the recording artist on a special nacho burger to celebrate the release of Blanco’s album “Friends Keep Secrets 2.”

The burger was available one day in late March at one location, a Shake Shack in West Hollywood, and Blanco and Rosati were there to promote it.

“We connected and bonded over the world of hamburgers and food in general. Benny knows so much about all these different types of cuisine. He has friends in the industry. His passions are so powerful,” Rosati said in a phone interview.

They met in a Shake Shack kitchen to work out the recipe for the nacho burger, which featured the chain’s ranch dressing laced with crumbled Cool Ranch Doritos and scallions, plus a condiment created by Blanco.

“Benny has this really amazing salsa verde that he makes at home. He said ‘Let me bring it in.’”

Although Shake Shack did a Valentine’s Day promotion with DoorDash on a Boyz II Men milkshake, Rosati said collaborations like he had with Blanco are unusual.

“I haven’t really seen too many artists who will release an album at the same time want to create a menu item at a large restaurant,” he said.

The promotion gave Shake Shack the chance to raise its profile in Southern California, where it has only had a presence since 2016. Even though it was local it netted national exposure. Blanco was a guest on “The Late Late Show with James Corden” the night before his burger went on sale and told its story as well as performed his music.

Quarter Pounders and hoodies

McDonald’s is going global with BTS, which will have its own combo meal on U.S. McDonald’s menus beginning on May 26 and more than 50 counties on six continents after that.

Shake Shack celebrated the release of Benny Blanco’s album “Friends Keep Secrets 2” with a special burger at its West Hollywood location. (Photo courtesy of Shake Shack)

Benny Blanco and singer-songwriter Gracie Abrams visit Shake Shack in West Hollywood on March 26, the day after performing on “The Late, Late Show with James Corden.” (Photo courtesy of Shake Shack)

McDonald’s released this logo for its partnership with the seven-member band BTS. (Photo courtesy of McDonald’s)

Shawn Mendes, performing at the Hollywood Bowl in 2018, partnered with Chipotle Mexican Grill on a special bowl and a fundraiser for youth. (Photo by Kelly A. Swift, Contributing Photographer)

Travis Scott surprises crew and customers at McDonald’s for the launch of the Travis Scott Meal on Sept.8 in Downey. (Photo by Jerritt Clark/Getty Images for McDonald’s)

McDonald’s new ‘Travis Scott Meal’ is in short supply at some restaurants.

Singer J Balvin, speaking at the 2020 Spotify Awards in Mexico City, partnered with McDonald’s on a special meal. (Photo by Matt Winkelmeyer/Getty Images for Spotify)

Maroon 5’s Adam Levine, shown performing in Febrary 2020, flies through a sky full of doughnuts in the band’s new video “Beautiful Mistakes.” (Photo by JAVIER TORRES/AFP via Getty Images)

Quinne Daniels, 11, of Manhattan Beach, rides a small ramp during a girls skateboarding session at Randy’s Donuts in Inglewood on Friday, June 21, 2019. (Scott Varley, Daily Breeze/SCNG)

In “Famous Orders,” pop stars announce how they enjoy McDonald’s foods. The offerings tweak existing items on the menu. In the case of BTS, it will be Chicken McNuggets with a sweet chili sauce “inspired by popular recipes from McDonald’s South Korea,” according to a news release.

But even if the food isn’t that special, it sells. When McDonald’s launched the program with rapper Travis Scott in September, his “Cactus Jack” combo created a sensation, helping to boost the chains sales by 4.6% and earning Scott $20 million for the endorsement and merchandise, according to Forbes. It wasn’t just the Quarter Pounder with bacon fans had an appetite for, it was the tie-in hoodies, T-shirts and other collectibles.

Another notable thing about Scott is his hip-hop persona, which is edgy for a company usually dealing in promotions like Pokemon cards.

“It’s tapping into a particular audience,” said Rodrigez. “There was some controversy around using him to advertise for McDonald’s, given the music he produces and the use of explicit and provocative language. But I think there’s a way that the marketing of these food items transcends those concerns because it taps in, again, to a particular clientele.”

Newport Beach-based Chipotle Mexican Grill announced a partnership with Shawn Mendes in January that was tied into its environmental sustainabilty campaign and included a bowl with chicken and rice, with a portion of sales going to the “wonder grants” to young activists distributed through the singer-songwriter’s foundation.

A flock of doughnuts

There’s a reasons advertisers use pop songs in commercials, according to Rodriguez.

“You hear the song repeatedly on TV, it seeps into your memory. I don’t want to psychologize this, but there’s a way in which the use of that song endlessly repeating in your head allows you to associate it with the object that’s being sold.”

Randy’s Donuts could benefit from that phenomenon.

The chain’s flagship location in Inglewood, which features a 32-foot fiberglass doughnut on the roof, is depicted in Maroon 5’s new video, “Beautiful Mistakes.”

It features lead singer Adam Levine and guest artist Megan Thee Stallion in a flying convertible soaring over landmarks in a CGI version of Southern California. When they reach Randy’s the sky around them fills with doughnuts.

“Doughnuts fly everywhere,” said Nicolette Kelegian, co-owner of Randy’s Donuts and director of brand collaborations. “We obviously think it’s super cool.”

Randy’s Donuts did a promotion at its Inglewood location to mark the debut of Maroon 5’s “Beautiful Mistakes Video” the day before Shake Shack’s promotion with Benny Blanco.

For the occasion, it created a special “Beautiful Mistakes” doughnut and sold it for one day at the Inglewood location, as Shake Shack did with the Blanco burger. The doughnut was frosted in psychedelic colors, and the doughnut chain collaborated with Maroon 5 on a psychedelic box to serve it in.

Travis Scott surprises crew and customers at McDonald’s for the launch of the Travis Scott Meal on Sept.8 in Downey. (Photo by Jerritt Clark/Getty Images for McDonald’s)

South Korean K-pop band BTS, arriving at for the 62nd annual Grammy Awards in Los Angeles in January, has entered a global partnership with McDonald’s. (Photo by Jordan Strauss/Invision/AP)

McDonald’s released this logo for its partnership with the seven-member band BTS. (Photo courtesy of McDonald’s)

Benny Blanco and singer-songwriter Gracie Abrams visit Shake Shack in West Hollywood on March 26, the day after performing on “The Late, Late Show with James Corden.” (Photo courtesy of Shake Shack)

Maroon 5’s Adam Levine, shown performing in Febrary 2020, flies through a sky full of doughnuts in the band’s new video “Beautiful Mistakes.” (Photo by JAVIER TORRES/AFP via Getty Images)

Maroon 5 reached out to Randy’s Donuts several months earlier about featuring it in the video, but the coronavirus pandemic caused the band to rethink the presentation with computer generated images, according to Kelegian.

This isn’t the first time Randy’s Donuts has been in a music video. It is featured in a clip of Justin Timberlake’s “Can’t Stop the Feeling,” from the 2016 film “Trolls.”

“When you think of L.A., you think of us, and it kind of becomes a natural progression,” said Kelegian.

Whether or not pop music collaborations continue, they’re good for the image of businesses like Randy’s Donuts, according to Kelegian.


Voir la vidéo: Shake Shack Is Still Expected to Open St. Louis